Kalidou Wagué, maire de Bokidiawe : «Le Président Macky Sall, la politique et moi»

A quoi ressemble un milliardaire ? La réponse à cette question, on serait naturellement tenté de la chercher dans le luxe, le lucre. Cette vérité est la règle d’or du cercle fermé des puissants du monde. Sauf que ceux qui croient que possession rime forcément avec ostentation, n’ont pas toujours raison. Sur la planète et surtout au Sénégal, il existe des «fortunés lambdas», des gens plein aux as, qui ont bâti un empire à la sueur de leur front, mais qui ne s’épanouissent qu’à l’arrière-scène. Parmi cette caste d’hommes d’affaires super friqués, mais inconnus du bataillon des très capricieux brasseurs de milliards, figure le maire de Bokidiawé. Kalidou Wagué est un brute de décoffrage, un Foutanké pur jus au flair inné de businessman, qu’un homme nommé Macky Sall a convaincu et entrainé sur le terrain politique. Au nom du Sénégal qu’il aime tant, mais surtout du Fouta, sa terre natale. Le seul coin du monde où il se sent vraiment à l’aise. Mais comme un malade chez le dentiste, l’entretien s’est déroulé avec une grande méfiance des médias. On arrache à Kalidou Wagué les mots comme on arracherait une dent au plus frileux des patients. Sauf que ce monsieur-là est un battant qui adore l’acte et abhorre la parole. Jugez-en vous mêmes !

 Wagué, vous êtes membre de l’Apr et maire de la commune de Bokidiawé, mais vous n’êtes pas très connu du landerneau politique. Pourquoi autant de discrétion ?

Les gens me connaissent de nom, c’est peut-être le visage qu’ils ne connaissent pas, mais cela ne fait pas de moi un fantôme. Seulement, je ne parle pas beaucoup. Je suis un homme d’action et non pas de la parole. Je suis très réservé et je fais très attention où je mets les pieds. Je ne débats jamais de choses que je ne maîtrise pas, je ne me mêle jamais de choses qui ne me regardent pas. Je ne m’occupe pas non plus de détails.

Comment vous êtes-vous retrouvé à l’Apr aux côtés du Président Macky Sall?

J’apprécie le Président Macky Sall parce qu’il a de l’estime et de la considération pour moi. Lorsqu’il faisait sa tournée avant d’accéder à la magistrature suprême, il est venu me voir au Congo pour me dire qu’il voulait devenir Président. Je lui ai dit que moi, je ne faisais pas de politique, que j’étais juste un businessman. Il m’a demandé si je ne voulais pas aider les populations du Sénégal à mieux vivre, que c’était son ambition à lui, et il m’a demandé de le soutenir dans ce sens. J’ai eu confiance en lui, il est le seul politicien à avoir aller vers les populations pour leur parler. Il a été dans le gouvernement d’Abdoulaye Wade dans plusieurs ministères, on l’a renvoyé du Pds et personne ne lui a jamais rien reproché de solide. Ce qui est rare chez les hommes politiques. Raison pour laquelle j’ai décidé de le soutenir, pour aider les populations du Fouta.

Et depuis qu’il est élu, qu’a-t-il fait pour les populations du Fouta ?

Tout le Sénégal voit ce que le Président Macky Sall réalise, et le Fouta fait partie du Sénégal. Les routes sont là, l’agriculture se développe, plusieurs villages qui n’avaient ni eau ni courant, en disposent aujourd’hui, entre autres. Au Fouta particulièrement, les paysans ont vu leurs terres aménagées et ont reçu des machines, c’est ça l’émergence et le développement. Aujourd’hui, plusieurs Sénégalais qui étaient à l’extérieur sont revenus au pays, et c’est grâce à Macky Sall. J’ai fait 20 ans à l’étranger, et si j’ai eu le courage de rentrer et d’investir ici, c’est grâce à Macky Sall. J’ai installé dans le Fouta une machine pour décortiquer le riz, et c’est grâce au chef de l’Etat, qui ne ménage aucun effort pour faire émerger le Sénégal.

Les élections législatives sont pour bientôt, on sent déjà des tiraillements entre responsables Apr dans le Fouta, quelle est votre position ?

Je peux dire que cela n’est pas nouveau dans cette zone. Moi, je ne faisais pas de politique avant. Si je suis entré en politique, c’est uniquement pour soutenir Macky Sall, en qui j’ai placé ma confiance depuis le début. Il est et restera mon seul et unique leader politique, et je serai avec tous ceux qui veulent l’aider. Sa victoire est la nôtre et l’intérêt du Sénégal. Il y a beaucoup de tendances au Fouta, mais chacun cherche son intérêt.

Parmi ces tendances, il y a un groupe de militants qui disent que Farba Ngom est leur coordonnateur, d’autres marquent leur désaccord, de quel côté êtes-vous ?

Tout le monde sait que je ne me prononce pas sur des choses que je ne maîtrise pas. Personne ne me contrôle, je vous répète que mon seul et unique leader, c’est Macky Sall. Au Fouta, Farba Ngom est notre patron au sein de l’Apr, il est le premier responsable du parti. Nous sommes 24 maires et 3 présidents de Conseil départemental, Matam, Kanel, Ranérou. Toute personne qui affirme que c’est Farba Ngom qui a demandé à être coordonnateur, raconte des contrevérités. Il n’a pas été demandeur. C’est nous qui avons, en toute liberté et sans concertation préalable, décidé de le porter à la tête de la coordination Apr de Matam.

Pourquoi l’avez-vous choisi ?

Chacun travaille de son côté dans sa commune. Mais si nous parvenons à réaliser l’intercommunalité, Farba Ngom doit en être la locomotive. Parce que Farba Ngom ne travaille que pour la réussite de Macky Sall. Je connais sa loyauté et sa sincérité dans son compagnonnage avec Macky Sall. En plus, Farba Ngom a toujours répondu favorablement à nos sollicitations allant dans le sens de construire nos communes. Mais je dois préciser que je ne suis pas un obligé de Farba Ngom. Comme lui, c’est Macky Sall que je soutiens. A preuve, demain s’il lui venait à l’idée de quitter le Président Macky Sall, je ne serais plus son ami. Mais il est le premier à l’accompagner, et je n’ai fait que le suivre. J’ai confiance en Farba Ngom, il est d’un grand apport au parti dans notre département. Je ne sais pas ce que le parti décidera de notre proposition, mais nous militants Apr de Matam, avons déjà validé son statut de coordonnateur. Farba Ngom est notre coordonnateur.

Quel est votre bilan à mi-parcours ?

Si vous voulez savoir exactement ce que j’ai réalisé, il faut venir le constater de visu. Vous demanderez aux populations ce que j’ai réalisé à Bokidiawé. Personne ne peut parler de lui-même, au risque d’être taxé de vantard.

Comment vous est venue l’idée d’implanter une société de riz à Bokidiawé ?

Vous savez, j’aime beaucoup ma localité, ma culture. De l’indépendance à nos jours, il n’y a pas grand-chose qui a été réalisé au Fouta. Avant Macky Sall, aucun homme politique n’a pensé à réaliser quelque chose d’envergure. Les gens ne faisaient que de la politique politicienne. Moi, je suis pour une politique de développement, avec toutes les composantes de la population. L’investissement a coûté plusieurs milliards. Grâce à cette usine, tous les agriculteurs peuvent écouler leurs produits. Nous achetons comptant aux producteurs tout leur produit. Si un producteur trouve un terrain, nous l’aménageons, avec adduction d’eau et nous lui donnons du matériel. Cette usine est la plus grande du Sénégal, avec une capacité de production, à terme, de 120 tonnes par jour. Pour le moment, on produit jusqu’à 40 tonnes par jour. C’est le Président Macky Sall qui a pris l’initiative, moi je suis venu l’accompagner dans son œuvre. Je suis convaincu que l’autosuffisance en riz en 2017 est possible si on aide le Président Macky Sall. Parce que nous avons l’eau et la terre et le Président Macky Sall a investi beaucoup d’argent pour cette autosuffisance.

Que pensez-vous du «consommer local» ?

Je pense que c’est une très bonne chose, parce que cela permet d’encourager les gens à produire. Au moment où le riz importé manquait, les gens s’étaient rués vers le riz local. J’ai fait l’Inde, la Thaïlande, le Brésil, le Cambodge…, mais nous avons les meilleures terres. Et ces pays ne font que la culture du riz.

Ne pensez-vous pas que les Législatives seront risquées pour la mouvance présidentielle ?

Chacun peut donner son opinion sur cette question, mais seul Dieu sait ce qui adviendra. Mais je pense que si les populations sont conscientes des réalisations de Macky Sall, elles doivent lui payer le prix de ses efforts en lui donnant la majorité. On n’a jamais pris le Président Macky Sall dans des nébuleuses. Il a changé les comportements des Sénégalais en mettant tout le monde sur le même pied. Le Président Macky Sall met en avant l’intérêt général, j’en sais quelque chose. Tout le monde doit prier pour lui et sa famille. La Première dame est en train de réaliser de belles choses pour les populations.

PAPE SAMBARE NDOUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *