Force conjointe G5 Sahel : du bon pied

Les conditions se réunissent petit à petit pour la mise en œuvre de cette force qui devrait associer les armées des pays membres du G5 Sahel.

Prévue pour être un dispositif offensif et de stabilisation, la force commune aux pays du G5 Sahel (FC-G5S), Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, devrait permettre de faire face aux menaces sécuritaires, à savoir le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et l’immigration clandestine.

Sa mise en œuvre a rapidement été transformée en projet, objet d’un processus d’élaboration et de validation qui a connu son aboutissement avec la décision de la 679è réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS, partenaire central dans la mise en œuvre de la force) du 13 avril 2017 à Addis Abeba, qui a validé le Concept stratégique d’opérations (CONOPS) de la FC-G5S.

C’est en février 2017 que les dirigeants des 5 pays, réunis en conférence ordinaire des chefs d’États du G5 Sahel, ont décidé de la mise en place dans l’immédiat de la force conjointe, la question du mandat ayant été soulevée par le président en exercice du G5, le Malien Ibrahim Boubacar Kéïta. En attendant une résolution des Nations unies définissant ce dernier, l’Union africaine a d’ores et déjà endossé la création de la FC-G5S qui sera « déployée dans les prochaines semaines », assure une source sécuritaire.

Publié le 26.05.2017 à 14h20 par Célia D’Almeida

Par : Journal du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *