À Dakar, les Soninkés rappellent leur passé glorieux et la richesse de leurs cultures

Jeune Afrique – Après Kayes au Mali et Nouakchott en Mauritanie, Dakar est devenue le temps d’une semaine de festivités la capitale des communautés soninkés venues de toute l’Afrique de l’Ouest et au-delà.

Dakar s’est transformé, du 21 au 25 février, en capitale de la culture soninké. Cette ethnie a l’âme voyageuse a vu sa diaspora régionale, continentale et même mondiale rallier la presqu’île du Cap-Vert pour la 5e édition du Festival international soninké (FISO).

La liste – non exhaustive – des pays représentés lors de ce FISO parle d’elle-même : Mali, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau et Conakry, Côte d’Ivoire, RDC, Angola, Égypte, France, Espagne, États-Unis

Un héritage à protéger

Pour les initiateurs de l’événement, il s’agissait de rappeler la grande histoire, si souvent méconnue, de cette communauté qui a fondé et dirigé les premiers empires ouest-africains, du Wagadou et du Ghana.

La langue est la colonne vertébrale de la culture 

C’était d’ailleurs le thème central de cette édition : « Le Wagadou, premier empire africain, hier, aujourd’hui, demain ». Les conférenciers ont mis en évidence le rayonnement de ces organisations politiques sur une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest, ainsi que l’héritage culturel qui a imprégné toute les sociétés ouest-africaines, tels que l’apparition des corps de métier, l’organisation militaire ou encore le cousinage à plaisanterie.

La préservation de la langue soninké a également été au centre d’ateliers qui ont ponctué les trois journées du festival. Un aspect « extrêmement important pour nous », insiste Idrissa Diabira, président du Wagadou Jiida (« Renaissance du Wagadou »), l’Association de la communauté soninké au Sénégal créée en 1985 et maître d’œuvre du FISO 2018.

« Chaque année, selon l’Unesco, une dizaine de langues disparaissent. Or, la langue est la colonne vertébrale de la culture », martèle-t-il. La manifestation culturelle a d’ailleurs coïncidé avec la Journée internationale des langues maternelles instituée par l’Unesco.

Adama Barrow et Soumaïla Cissé présents

C’est la Gambie qui accueillera, dans deux ans, la 6e édition du FISO 

Défilés du millier de festivaliers provenant des douzaine de délégations, ballets équestres de haute facture, chants et danses de femmes drapées dans leurs grands boubous indigo – une spécialité vestimentaire soninké -, ont rythmé cette 5e édition du FISO ouverte par le président Macky Sall.

On notera également la représentation du spectacle sons et lumières Une journée ordinaire à Koumbi Saleh, du dramaturge sénégalais Seiba Lamine Traoré, qui retrace la vie de cet empire.

Plusieurs personnalités soninkés ont participé à cette 5e édition du FISO, dont Diocounda Traoré, ancien président de transition du Mali ou encore Soumaïla Cissé, opposant malien et ex-président de la Commission de l’UEMOA.

Adama Barrow, chef de l’État gambien, a également fait le déplacement. C’est d’ailleurs la Gambie qui accueillera, dans deux ans, la 6e édition du FISO, après Kayes au Mali en 2011 et Nouakchott en Mauritanie, qui furent les premières villes hôtes de cette manifestation bisannuelle initiée par l’Association pour la promotion de la langue et la culture soninké en France (APLCSF), aujourd’hui présidée par le Franco-Malien Diadjé Soumaré.

Soninkés et dynamiques d’émigration

Les membres de la diaspora soninké soutiennent à bout-de-bras les régions dont elles sont originaires

Au Sénégal, les principaux foyers de peuplement soninkés sont notamment situés dans la vallée du fleuve Sénégal, à Bakel (correspondant à la province du Gadiaga), au Fouta (le Haïré), dans le Boundou (entre Tambacounda et la Gambie) et à Vélingara, en Casamance. Ils sont essentiellement établis dans la région de Kayes, à l’ouest du Mali. Cette région constitue, avec une petite partie du sud-ouest mauritanien, le Guidimakha.

Ces différents foyers alimentent depuis la fin de la première moitié du vingtième siècle les dynamiques d’émigration soninkés en direction de l’Afrique centrale (vers les deux Congo) et, surtout, vers la France, à partir des années 1950.

Réputés pour leur attachement aux valeurs fondatrices de leur culture – discrétion, solidarité, respect des anciens, etc. -, les membres de la diaspora soninké soutiennent à bout-de-bras les régions dont elles sont originaires, souvent laissées pour compte par les pouvoirs centraux.

Par Amadou Oury Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *